Compte-rendu de thèse, «Pierre-André Juven, Une santé qui compte ? Coûts et tarifs dans la politique hospitalière française - Mines Paris Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs Année : 2014

Compte-rendu de thèse, «Pierre-André Juven, Une santé qui compte ? Coûts et tarifs dans la politique hospitalière française

Résumé

How costs and tariffs have become pivotal policy instruments to govern public hospitals in France since the early 1980’s? What kind of controversies do they produce and what feedback effect do these controversies have on these instruments? These are the questions I propose to answer in this PhD dissertation by analysing the genealogy, the uses and the transformations of several policy devices: information system, cost accounting, budgetary regulation instrument and pricing payment system. Combining a sociology of policy instruments and science and technology studies, these devices are analysed in the multiple sites where they spread: ministry of Health, public agency, research centres in management studies, hospital federations, patients organizations and public hospitals. The dissertation exposes how these devices have turned public hospitals into accounting and financial entities. I specially focus on the pricing payment system (called T2A) which is analysed as a qualculation instrument as it qualifies and quantifies patients, stays in hospitals, diseases, and public hospital itself. The dissertation shows how this qualculation process produces metrological controversies in which actors put into question the way things are qualculated.
Comment les coûts et les tarifs hospitaliers sont-ils devenus des objets politiques centraux depuis le début des années 1980, quels espaces controversés produisent-ils aujourd’hui et comment ces controverses agissent-elles sur ces instruments gestionnaires d’action publique ? C’est à ces questions que la thèse se propose de répondre en étudiant la genèse, les usages et les déplacements de plusieurs instruments d’action publique en matière hospitalière : système d’information, calcul de coûts par séjours, instruments d’ajustement budgétaire et système de tarification. En articulant sociologie politique des instruments de gouvernement et sociologie des techniques et de l’innovation, ces dispositifs sont étudiés dans les multiples sites où ils se déploient : ministère de la Santé, agence technique, centres de recherche en gestion, instances d’expertise, fédérations hospitalières, associations de malade et hôpital public. La thèse montre comment ces instruments ont profondément transformé l’hôpital en un être de gestion et de finances. La tarification à l’activité, appelée T2A, tient une place centrale dans ces transformations et est ici analysée comme un instrument de qualcul visant à quantifier et à qualifier les patients, les séjours, les maladies, voire l’hôpital public lui-même. La thèse montre comment ce processus de qualculation génère des controverses métrologiques où des acteurs se saisissent des dispositifs pour refaire les qualculs, ces controverses supposant une forme relativement nouvelle de travail critique.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01113065 , version 1 (04-02-2015)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01113065 , version 1

Citer

Pierre-André Juven,. Compte-rendu de thèse, «Pierre-André Juven, Une santé qui compte ? Coûts et tarifs dans la politique hospitalière française. Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, 2014, 2e semestre autumn 2014, 16, pp.5. ⟨hal-01113065⟩
295 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More